page accueil

Aide à l'utilisation du Site

Si vous avez quelques difficultés à utiliser ce site, n'hésitez pas! Cliquez sur le lien ci-dessous de e-learning. Un outil de tutorat vous guidera pas à pas pour vous indiquer le mode de fonctionnement.

Pour en savoir plus...

Formation Plus....

Si vous désirez maîtriser encore plus les différents outils à votre disposition, alors, n'hésitez pas. Cliquez sur le lien ci-dessous et vous aurez à votre disposition un catalogue de formation en ligne.

Attention ce module est réservé aux adhérents de la Loge.

Pour en savoir plus...

AMITIES JUDEO-CHRETIENNES
 
L'A.J.-C.F a pour tâche essentielle de faire en sorte qu'entre Judaïsme et Christianisme la connaissance, la compréhension, le respect et l'amitié se substituent aux malentendus séculaires et aux traditions d'hostilité. Elle veut, en particulier, par un dialogue fraternel et par une coopération active et amicale, travailler à réparer les iniquités dont les Juifs et le Judaïsme ont été victimes depuis des siècles, à en éviter le retour, et à combattre l'antisémitisme et l'antijudaïsme dans toutes leurs manifestations. Elle exclut de son activité toute tendance au syncrétisme et toute espèce de prosélytisme. Elle ne vise aucunement à une fusion des religions et des Eglises. Elle ne réclame de personne aucune abdication ni renoncement à ses croyances ; elle n'exige ni n'exclut aucune appartenance religieuse ou idéologique. Mais elle attend de chacun, dans la conscience de ce qui distingue et de ce qui unit juifs et chrétiens, une entière bonne volonté, une totale loyauté d'esprit dans la recherche, en même temps qu'un rigoureux effort de vérité.
60, rue de Rome 75008 Paris
Téléphone: 0145221238   Fax: 0145221238
Email:
           
Bnai Brith France
 
Le B’nai B’rith est une association juive humaniste ayant pour objet la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et pour la défense des droits de l’homme. Le développement de la culture et la préservation de la mémoire constituent les axes principaux de son activité. Le B’nai B’rith a été fondé en 1843. C’est une ONG représentée tant à l’ONU, à l’UNESCO, qu’au conseil de l’Europe. Il est présent sur les 5 continents et dans 58 pays. Le B’nai B’rith a participé à tous les grands mouvements de lutte pour les droits de l’homme : • Lutte contre les discriminations raciales aux Etats-Unis • Lutte contre l’apartheid en Afrique du sud • Lutte pour la liberté des juifs des pays de l’est • Lutte pour la laïcité • Lutte pour le droit des femmes
10, rue Saint-Ferdinand 75017 Paris
Téléphone: 0155078545   Fax: 0155078545
Email: bbfrance@wanadoo.fr
           
Coordination des Berbères de France
 
L’objectif principal de la CBF est de construire les Franco-Berbères en tant que citoyens français impliqués dans la vie publique et le renforcement du lien social. Cette action est menée dans le cadre de la réappropriation et la réinterprétation des valeurs de la civilisation berbère au profit d’une intégration harmonieuse. Elle agira particulièrement sur les champs éducatifs, socio-éducatifs, de l’accès au droit et à la culture, de la lutte contre les discriminations et contre toutes les formes de racisme, de la promotion de la diversité culturelle comme vecteur de la cohésion sociale et nationale. Son action et ses valeurs sont éminemment laïques et inscrites dans les principes des droits de l’Homme. Son projet politique tend essentiellement à inscrire la dimension culturelle berbère comme partie intégrante du patrimoine interculturel français et développer dans la Cité un discours d’ouverture sur la société, de promotion des valeurs laïques, dans lequel une grande partie de la population d’Afrique du Nord se retrouve et qui fait défaut. La CBF est soucieuse du respect des valeurs universelles et républicaines, et entend par conséquent être aux côtés de tous ceux et de toutes celles qui agissent dans le même objectif et dans un esprit laïc. La CBF est solidaire des Berbères qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits et de leur dignité ; elle leur apporte ainsi son soutien d’un point de vue humanitaire et de dénonciation des violations de leurs droits. Les Berbères de France entendent donc simplement et sereinement marquer leur présence en France, au-delà de leurs parcours de réussite individuelle, par la mise à disposition de toutes leurs richesses culturelles et civilisationnelles, par la mobilisation de leurs valeurs à caractère universel au profit du renforcement du lien social et des principes de la République : liberté, égalité, fraternité.
0
Téléphone:   Fax:
Email:
           
Ni Putes Ni Soumises
 
« Ni Putes, Ni Soumises », est un mouvement mixte et populaire crée dans la continuité de la "Marche des femmes contre les ghettos et pour l’égalité" qui a eu lieu du 1er Février au 8 mars 2003 à travers la France. Le défilé est parti symboliquement de Vitry Sur Seine où Sohanne, 19 ans, a été brûlée vive dans un local à poubelles de la cité Balzac, victime de son désir d'être libre. Pour ne plus raser les murs, pendant cinq semaines, dans 23 villes étapes de France, cinq filles et deux garçons issus des quartiers ont alerté l’opinion et les pouvoirs publics sur la condition de vie des filles et des femmes victimes de la loi de la cité. Après une audience dans le bureau du Premier ministre, la Marche s’est achevée à Paris par une manifestation rassemblant 30 000 personnes à l’occasion de la journée internationale des Femmes. Le mouvement a ainsi libéré la parole et brisé la loi du silence pour qu’aujourd’hui plus personne ne puisse dire : « on ne savait pas ! » Après l’interpellation est venu le temps de la construction… Sollicités par des jeunes filles et femmes en rupture familiale, le mouvement a été épaulé bénévolement par des avocats et des psychologues qui sont en mesure d’intervenir en urgence. Fort du soutien populaire qui s’est notamment exprimé par une adhésion massive à sa pétition nationale (65 000 signatures), le Mouvement « Ni putes, Ni soumises », présidé par Fadela Amara, s’est enrichi de 60 comités locaux afin de répondre au plus près aux besoins du terrain. Fervent défenseur de la mixité sociale et du métissage, à l’image des mouvements d’éducation populaire, chaque comité a pour vocation de diffuser les valeurs de la République laïque, le seul socle qui, quelles que soient nos origines, opinions et croyances, nous permet de Vivre Ensemble.
70, rue des Rigoles 75020 Paris
Téléphone: 0662109379   Fax: 0662109379
Email: richard.abitbol@wanadoo.fr
           
SOS RACISME
 
SOS Racisme est une association française créée en 1984 dont le but officiel est de lutter contre toutes les formes de discrimination raciale. SOS Racisme a cherché depuis sa création à mobiliser les jeunes à travers le combat antiraciste en utilisant principalement le vecteur culturel, tel le concert géant place de la Concorde qui a rassemblé 500.000 personnes en juin 1985. Plusieurs personnalités comme Julien Dray ou Harlem Désir ont participé à la création de l'association. Les mots d'ordre de l'association sont ceux du métissage et de la fraternité symbolisés par le slogan « Touche pas à mon pote ». Dès l'origine SOS Racisme considère que le combat contre les discriminations passe par une réflexion sur l'urbanisme et le rôle de l'école. Ainsi, elle a dénoncé, dès le début des années 90, la constitution de ghettos urbains en périphérie des grandes villes. À travers, les "testings", elle cherche à apporter des preuves en matière de discriminations dans les domaines de l'accès au logement, au travail mais aussi aux boîtes de nuit. Parfois qualifié d'angélique ou de différentialiste dans les années 80, le discours de SOS Racisme a évolué durant la présidence de Malek Boutih (1999-2003) en plaçant, indépendamment de la dénonciation des insuffisances de la politique de la ville, l'individu au cœur de sa propre émancipation. À la fin des années 90, SOS Racisme va dénoncer la résurgence d'un nouvel antisémitisme en France comme dans la publication en 2002 des antifeujs, le livre blanc des violences antisémites en France cosigné avec l'UEJF. Depuis les deux associations sont des partenaires privilégiés et organisent les soirées « Rire contre le racisme » qui se tiennent au Zénith une fois par an en présence d'artistes comme Michel Boujenah, Danny Boon, Jean-Marie Bigard ou Gad Elmaleh. L'UEJF et SOS racisme ont également créé une association étudiante dénommée FEDER qui concourt dans les scrutins universitaires.
51, rue de Flandres 75019 Paris
Téléphone: 01444444   Fax: 01444444
Email:
           
Union des Etudiants Juifs de France
 
1944 : Un groupe d'étudiants juifs issus de la Résistance, dirigé par Dely TECUCIANO, créé l'Union des Etudiants Juifs de France. Sa première vocation est sociale : l'UEJF aide les jeunes Juifs revenus de l'enfer concentrationnaire à se réintégrer dans la vie sociale, en recouvrant notamment leurs droits d'étudiants. 58 années plus tard, l'UEJF continue de s'inscrire dans la droite ligne de cet héritage et n'a eu de cesse de soutenir et de représenter les jeunes Juifs à la fois en tant qu'étudiants, citoyens, dépositaires de la Mémoire de la Shoah et engagés pour la paix. Engagée, l'UEJF l'est aussi dans un cadre extra-universitaire puisqu'elle défend et fait siennes les valeurs républicaines fondatrices que sont la tolérance, l'esprit civique, le respect de la différence et le maintien d'un dialogue démocratique entre élus et représentés, à l'image du fonctionnement de l'association. L'UEJF, ayant fait face à la montée de l'extrême-droite depuis une vingtaine d'années, a lancé de nombreuses actions pour faire barrage aux idées racistes et xénophobes et n'a pas hésité à les combattre à tous les niveaux.
0
Téléphone:   Fax:
Email: